La pression atmosphérique varie de façon horizontale et verticale. Sa valeur détermine la direction du vent, son intensité, et les phénomènes météorologiques. Lorsque la pression au sol est anormalement basse par rapport à la valeur habituellement mesurée, on parle de dépression. A l’inverse, lorsque la pression au sol est anormalement élevée, on parle d’anticyclone

Les chutes de pression au sol (dépressions) sont accompagnées de vents de surface convergents, souvent chargés d’humidité, et de mouvements convectifs. L’eau contenue dans les masses d’air ascendantes se condense et forme des nuages, parfois épais et pluvieux. Les dépressions sont donc souvent synonymes de mauvais temps. Dans les cas extrêmes, comme sous les Tropiques, les systèmes dépressionnaires peuvent donner lieu à des orages voire à des cyclones. 

A l’inverse, l’augmentation de la pression atmosphérique au sol (anticyclone) est accompagnée de vents de surface divergents et d’une subsidence d’air sec. Cela met en place un gradient thermique stable et une situation de beau temps pérenne pendant plusieurs jours.

Observez le sens de rotation du cyclone (à gauche) et de l’anticyclone (à droite). Que remarquez-vous ? A quoi cela pourrait-il être dû ?

Les systèmes cycloniques à la loupe

L’air de la surface converge vers la zone basse pression. Puis, cet air chaud et humide s’élève dans un mouvement en spirale.  

Les masses d’air situées au centre du système sont particulièrement instables. Au fur et à mesure de leur ascension, la vapeur d’eau qu’elles contiennent, se condense et forme des gouttelettes puis des nuages susceptibles de donner de la pluie, voire des grêlons.  

Le refroidissement des masses d’air en altitude et l’apparition de nuages s’accompagnent d’une augmentation de la pression. Pour rétablir un équilibre, les masses d’air doivent diverger du centre.

Les anticyclones à la loupe

Les zones où l’air redescend sont des zones de haute pression au sol. Ainsi, le lieu de subsidence de la cellule de Hadley (moyennes latitudes) est une zone haute pression. Il existe d’autres formations météorologiques haute pression, liées aux perturbations du champ de pression. Ce sont les anticyclones

Par rapport aux systèmes basse pression, les anticyclones sont plus étendus, se déplacent plus lentement et sont plus persistants. Ces systèmes apportent de l’air sec en surface et sont synonymes de beau temps. 

Dans les systèmes haute pression, les masses d’air divergent en surface. Cette divergence attire les masses d’air susjacentes qui descendent dans un mouvement en spirale.